top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Bienvenue au club.

Les mots « philosophie » et « poésie »

projettent le commun des mortels

dans un autre monde, celui des sachants,

une élite qui pratique un jargon hermétique,

un microcosme qui se nourrit de l’inutile

et dont ils s’excluent eux -mêmes

sauf quand ils en auront le temps.

Ils peuvent aussi considèrer

le poète et le philosophe

comme des « êtres à part »,

«Ah, c’est un philosophe ! » ou

«Oh , lui, est un peu poète, tu sais ! »,

autrement dit, ils planent un peu.

Pourtant les deux cherchent la vérité,

ou plutôt les vérités. Ils collent au réel plus que les autres.

Un Christian Bobin est au contact direct avec le réel,

il cherche le peu de mots juste et nécessaire

qui le saisira pour nous le rendre accessible.

Un Spinoza, un Jung, Platon et autres Bergson

regardent ce qu’il y a sous les étiquettes des mots

quand la plupart d’entre nous se contentent de les lire

ou de les répéter pour essayer de créer un lien utile.

La plupart d’entre d’autres nous s’occupe essentiellement

de ce qui nous sert, eux ne s’intéressent

pas à l’utilitaire, mais au nécessaire.

Rendre intemporel l’éphémère et l’invisible

qui nous entourent

et que nous n'avons plus le temps de voir.


11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Comments


bottom of page