top of page
  • Arthur Baudon Vernet

Accueillir l’imprévisible nécessite d’improviser.

Tout bon jazz man a dû s’entrainer,

répéter, connaitre, acquérir une expertise

pour qu’un début de fluidité arrive.

Des automatismes qui vont se transformer en réflexes.

A force de contraintes, d’efforts,

de répétitions, de curiosité,

d’erreurs, une modification profonde s’est opérée.

Son esprit et son corps ont été changé.

Un temps incompressible

a permis de rendre des gestes automatiques,

ou plutôt, a créer des réflexes auparavant inconnus,

qui permettent à l’esprit de s’échapper

de sa volonté de contrôler le corps,

contribuant ainsi à un abandon des deux,

une sorte de dilution

dans les notes de musiques est alors possible.

L’instrument et soi ,

soi et l’instrument ne font plus qu’un.

Ils sont la même chose.

La musique qu’ils produisent ensemble

fait aussi partie d’eux, elle est indissociable.

C’est un tout immatériel

et éphémère d’une densité

et d’une solidité inimaginable.


(On peut remplacer musiques, jazz, notes

par quasiment n’importe quoi

à la condition que l’effet et la cause

soient du même ordre)

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Il y a une urgence et un impératif à vivre, qui entrainent parfois une confusion entre exister et vivre. Pour exister nous devons satisfaire nos besoins quotidiens de boissons, nourritures, sommeil,

Au début, la certitude peu intéressée à l'idée d' écouter le doute préféra se livrer à lui. Très sure d’elle, elle se raconta au doute, lui toujours intéressé par un autre point de vue, posa moultes

Un modèle, la certitude est un modèle clos. Elle empêche de voir au-delà et à coté, comme dans un train sur des rails, même si le paysage parait parfois joli, la destination est garantie à la minute p

bottom of page