top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Accueillir l’imprévisible nécessite d’improviser.

Tout bon jazz man a dû s’entrainer,

répéter, connaitre, acquérir une expertise

pour qu’un début de fluidité arrive.

Des automatismes qui vont se transformer en réflexes.

A force de contraintes, d’efforts,

de répétitions, de curiosité,

d’erreurs, une modification profonde s’est opérée.

Son esprit et son corps ont été changé.

Un temps incompressible

a permis de rendre des gestes automatiques,

ou plutôt, a créer des réflexes auparavant inconnus,

qui permettent à l’esprit de s’échapper

de sa volonté de contrôler le corps,

contribuant ainsi à un abandon des deux,

une sorte de dilution

dans les notes de musiques est alors possible.

L’instrument et soi ,

soi et l’instrument ne font plus qu’un.

Ils sont la même chose.

La musique qu’ils produisent ensemble

fait aussi partie d’eux, elle est indissociable.

C’est un tout immatériel

et éphémère d’une densité

et d’une solidité inimaginable.


(On peut remplacer musiques, jazz, notes

par quasiment n’importe quoi

à la condition que l’effet et la cause

soient du même ordre)

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le désir et le manque.

C’est le désir qu’il faut alimenter, certainement pas le manque à combler. Encore un leurre, combler un manque par la possession, la consommation est un puit sans fond. La première gorgée de manque à

Pensée du jour

L’état dans lequel je suis de façon durable maintenant, cette joie caressante et enveloppante qui me permet de sentir la chaleur des rayons du Soleil à travers les feuilles de l’olivier, sentir le ven

OUF!

Se sentir libre d’être heureux et  l’être est une sensation indicible car on n’est plus seulement un corps, un esprit  et un cœur, on est un tout qui fait partie du tout. On le sait. Comme étant le gr

Comments


bottom of page