• Arthur Baudon Vernet

Ariane (Mélanie Thierry)

Dernière mise à jour : 13 févr. 2021

La beauté fascine autant

qu’elle repousse par la distance qu’elle impose.

Comme une petite musique,

l’air du « c’est trop beau pour moi »

s’invite presque automatiquement

en nous faisant déglutir involontairement.

Quand c’est moche, il faut faire des efforts

pour trouver le beau

et quand on y parvient-il y a une sorte de satisfaction.

Mais quand le beau se livre directement à vous,

aucun effort à faire.

Il faut seulement le voir, seulement s’y abandonner,

l’accepter comme il est pour le recevoir pleinement.

Un paradoxe supplémentaire.

« On n’a rien sans rien », ben là si, c’est donné.

Sans travail, sans effort.

Comment s’abandonner devant le beau ?

On le fait pourtant aisément devant un coucher de soleil,

devant un paysage mais devant un humain du sexe opposé

impossible de lui avouer qu’on la trouve belle,

persuadé de passer pour un pataud

ou un chasseur en quête de trophées.

La belle enveloppe contient

en plus une lettre de haute tenue.

Une tonalité tour à tour espiègle, triste, joyeuse,

violente, érotique, froide, drôle, sure, hésitante.

Dans tous les tons, la fraicheur domine.

Le son de la voix, le sourire

qui occupe toute la largeur du visage

et qui retrousse ses lèvres pour

dévoiler de belles dents blanches.

Les yeux en l’air ou en larmes.

Les lèvres comme des fraises,

les yeux comme un morceau de lagon,

Les cheveux comme des blés emportés par le vent de l’été.

Sans maquillage elle crève l’écran, alors imaginez avec !


24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Si, lors de mes 20, 30, 40 ou 50 ans une voyante m’avait prédit que j'exposerai des photos dans une poissonnerie à l'approche de mes 60 ans, je ne l’aurais pas cru ! Si elle m'avait prédit que j’éprou

L’astronaute est en mission pour changer des boulons sur un satellite défectueux. Il va s’entrainer des années après avoir été sélectionné parmi 1 000, 10 000 autres ? Avoir travaillé avec une équipe

Son œil émerveillé, brillant scintille d’intelligence, de malice et d’autant de naïveté. Un subtil mélange qui nous cueille. Son verbe n’est pas dogmatique, mais systématiquement adapté à son invité.