top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Coup de cœur,

Quelle claque !

Quel courant d’air frais.

J’ai « trouvé » Saul Leiter sous le soleil d’Arles.

On peut donc chercher le beau

sans avoir à s’en excuser auprès de ceux

qui préfèrent le laid, le triste, la violence.

Oui, on peut flâner sans savoir

ce que l’on va trouver en étant suffisamment

poreux pour accueillir l’imprévu.

Oui, on peut éprouver de la joie en mobilisant

son attention pour pratiquer son art,

photographie et écriture en ce qui me concerne.

Non, l’imperfection n’est pas une erreur à bannir,

mais un signe d’humanité à dévoiler.

Non, on n’est pas obligé de vouloir faire

« carrière » ou de « réussir ».

Il y a seulement à agir en conformité avec soi,

se laisser guider par ce surplus

de vie qui est en nous, le laisser jaillir

et quand parfois ses éclaboussures

rebondissent dans l’œil ou

percute le cerveau d’un regardeur,

cela signifie que ça valait la peine de faire ce qui a été fait.

Et donc de continuer à écrire et à photographier.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre, mais j’existe par le regard de l’autre. Quand ce regard est éclairé par le soleil de l’amour, je me sens immédiatement plus joyeux, comme si l’amour m’envoyait d

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

Comentários


bottom of page