top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Dimanche à la plage

La brune au maillot noir.

Des attaches fines, la peau bronzée,

presque dorée, des formes là où on les attend.

Des cheveux teintés de mèches plus claires.

L’ensemble à du poids, une charge érotique.

Ca c’était allongée, debout l’apparente

perfection des proportions s’est évaporée,

alors un charme a surgit.

A quelque mètres un homme droit,

absolument rigide, le torse bombé,

les deux bras ballants

exagérément écartés du corps,

les jambes aussi sont trop écartés.

Il apparait coincé quelque part.

Il ne bouge que sa tête vers des joueurs de ballons

puis vers une fille, la baisse vers sa femme,

chaque cible est toujours observée

pendant un temps trop long.

Son corps toujours bloqué

dans un corset invisible donne à son regard

une absence de profondeur,

il reste caché derrière des verres de lunettes

du même bleu turquoise que son maillot.

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

Chacun sa place.

Il y a l’artiste qui ne laisse aucune place au regardeur. Son regard sur le monde est le sien et il l’impose. Il existe d’autres artistes qui laissent une place à ce regardeur, attendant avec impatien

Voyage dans le temps du réel.

La pensée nous embarque dans un voyage spatiotemporel vers un futur qui n’est pas encore là, (sinon ce serait un présent), et jamais conforme à notre projection, ou dans un passé que l’on corrige san

bottom of page