• Arthur Baudon Vernet

Il était un petit navire qui n’avait ja-ja-jamais navigué.

Je me déplace ou je veux, en haut, en bas, en avant, en arrière

sur les côtés ou le tout mélangé quand je fais une vrille.

Je suis dans le présent, un milieu aquatique où

je peux étirer certains instants élastiques.

C’est liquide comme l’eau, sa densité apparente

dépend aussi de la température.

Les moments chauds paraissent plus courts, les autres,

paraissent long quand ils sont froids.

Puis, ayant étiré au maximum l’instant présent,

le passé va inexorablement l’entourer

d’un léger film de givre pour le figer progressivement.

De liquide, il va peu à peu se transformer en glace.

Ce qui est fait est fait, définitivement fait,

emprisonné tel quel dans la glace de l’histoire.

Plus elle est vieille, plus est solide.

Quand à mon présent liquide, malléable à souhait,

calme en surface agité en profondeur ou le contraire,

il s’étire vers un futur encore brumeux, une vapeur pas bien définis.

Certaines brumes sont plus denses que d’autres sous forme de nuages.

Je devine leur menace sur le champ des possibles,

pourtant un vent venu de je ne sais où peut les dissiper d’un coup.

Plus l’avenir se rapproche du présent plus la vapeur devient liquide.

La température baisse suffisamment, le futur maintenant liquide est bien un présent.

Passé, présent, futur comme l’eau sous forme de glace, liquide ou vapeur.

Toujours le même élément mais qui prend une apparence différente.



7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’astronaute est en mission pour changer des boulons sur un satellite défectueux. Il va s’entrainer des années après avoir été sélectionné parmi 1 000, 10 000 autres ? Avoir travaillé avec une équipe

Etre en apesanteur. Ne plus avoir, seulement être. Etre débarrasser de l’indispensable et du nécessaire. Vivre dans le non nécessaire et le non indispensable. Etre aspirer par un grand tout plus grand

On voit les souvenirs avec ses yeux d’aujourd’hui, pas ceux d’hier. Il y a un problème temporel. Si c’était un souvenir, on devrait être capable de le voir avec nos yeux de l’époque, mais cette vison