• Arthur Baudon Vernet

Il est allé chercher de la verveine fraiche.

Dernière mise à jour : 24 juin 2021

Le gros ne calcule plus, il ne veut pas savoir.

Il est ce qu’il est,

il sait compter le nombre de fruits, de légumes,

de fromages que les clients ne comptent

pas tellement ils ont bons. Ici tout le monde travaille à l’œil,

pas pour lire les étiquettes,

mais les yeux indiquent à l’odorat,

l’ouïe enfin au touché la direction à prendre.

L’œil repère le rouge ardent

des premières tomates surprises de se trouver là,

les rayures des mini-courgette,

le luisant des aubergines.

Pour la verveine et le basilic,

c’est l’odorat qui prend la barre

et fait tourner l’œil dans leurs directions.

Le velours des fraises, le vernis des poivrons,

même les pommes de terres qui jouent la discrétion

sont repérées pour la délicatesse de leur peau,

idem pour l’ail et les oignons nouveaux

à la première peau de nacre.

Un peu en retrait à l’abri derrière une paroi vitrée,

des fromages attendent au frais les plus jeunes en haut,

les moyens au milieu, les plus vieux en bas

et tout en haut dans des pots en verres

les yogourts attendent d’être dévoré sous 25 jours,

ils le seront dans les trois

impossible d’attendre plus longtemps.

Le chef calcule pour le gros la monnaie à rendre,

ce dernier stoppe sa respiration pour arrondir les yeux,

témoignage d’un effort d’intense

concentration pourtant vaine.

Les clients repartent chargés de cartons,

de sacs en papiers, paniers.

Ils regagnent leur voiture se frayant

un passage au milieu des oies, chiens, chats, chèvres

les papilles déjà en alerte anticipant

les saveurs attendues qui jailliront

des assiettes cuisinées avec une attention extrême

prévoyant de revenir dans les trois jours

quand les pots en verres des yogourts seront vides.


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’écriture rend intense les 24 heures que nous avons tous, riches, pauvres, malades, en bonne santé, vieux, jeunes, hommes, femmes, nous disposons tous de 24 h par jour. L’écriture permet de vivre pl

On anticipe toujours en excès positif ou négatif un avenir qui n’adviendra finalement jamais comme on l’avait imaginé, si c’est le cas, c’est probablement qu’on on déjà mort.

Tant que tu ne le sauras pas toi-même, ce sont les autres qui le diront à ta place.