• Arthur Baudon Vernet

Indicible. L’eau, le vent, le bateau.

Dernière mise à jour : 19 janv.


Les sons, les bruits.

Ceux de la mer seule.

Ceux de la mer sur la coque.

Le vent dans les voiles.

Les bruits de l’allure du bateau.

Les drisses qui scintillent,

l’imprécision nécessaire de la tension des écoutes.

L’arrondit de la voile qui soudain claque sèchement

quand elle se tend comme un arc

à la rencontre de la flèche du vent.

Un léger ballotement comme si la coque de noix

était perdue dans l’immensité d’eau.

Elle ne l’est pas.

Elle suit un cap.

Le maitre à bord sait exactement

où il va et par quel chemin.

L’apparente approximation est bien trompeuse.

Toujours citoyen du monde, peut-être plus.

Pourtant avec deux jambes,

seule la terre ferme est

notre environnement naturel.

C’est peut-être pour ça que c’est indicible,

la mer.

On a quitté notre milieu naturel,

on marche sur l’eau.

On voit les terres de loin comme un avant-gout

de l’astronaute qui observe la terre de son satellite.

La conquête de cet univers liquide tout à la fois

effrayant, fascinant, démesuré, beau,

magnifiquement beau, violent,

extraordinairement violent.

On peut seulement essayer de prévenir

quelle sera son humeur

quand elle adviendra, il faudra la subir.

Cette impuissante évidente est cachée

par la performance sans cesse améliorée

des bateaux et la précision des instruments de bord,

amplifiant l' illusion de la conquête des mers.

Nous n’en connaissons que 10% et même

si nous les avons cartographié au centimètre prés

nous n’en avons qu’un pale impression puisque

la planète est une sphère

et que nous la regardons avec des plans.

Une approximation de plus.

Devant le plus grand que nous,

notre extravagante petitesse se gonfle d'orgueil

préférant toujours l'illusion à la conscience.

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’écriture rend intense les 24 heures que nous avons tous, riches, pauvres, malades, en bonne santé, vieux, jeunes, hommes, femmes, nous disposons tous de 24 h par jour. L’écriture permet de vivre pl

On anticipe toujours en excès positif ou négatif un avenir qui n’adviendra finalement jamais comme on l’avait imaginé, si c’est le cas, c’est probablement qu’on on déjà mort.

Tant que tu ne le sauras pas toi-même, ce sont les autres qui le diront à ta place.