top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

J’ai choisi le soleil

Apporter une solution à un problème complexe

avec une grande certitude de réussite est une illusion.

Plus il est complexe, plus la probabilité de réussite diminue.

Tout contrôler, tout maitriser.

Hubris de l’homme !

Aujourd’hui avec le principe de précaution

comme épée de Damoclès,

notre capacité exponentielle à accumuler des datas,

et les puissances phénoménales de calculs

à notre disposition autorisent

des modélisations de plus en plus sophistiqués,

l’exploration d’une autre réalité avec l’IA

et le Deep Learning, les algorithmes,

sans compter Les progrès technologiques

d’observation de l’espace ou de notre cerveau.

Nous avons à notre disposition des outils

et des moyens considérables,

mais plus nous en avons,

plus nous avons besoin de spécialistes

de plus en plus pointus

dans un domaine de plus en plus étroit

et plus une compréhension holistique s’évapore.

Chacun ne voyant qu’une face de la sculpture,

personne ne pouvant la voir dans sa globalité.

Pourtant, nous sommes persuadés de pouvoir

tout contrôler et refusons l’approximation.

La probabilité d’erreur acceptable

diminue au fur et à mesure que nos modèles

de prédiction se complexifient,

alors que plus ces modèles

sont sophistiqués plus la marge d’erreur augmente..

Décider c’est agir sans savoir, choisir c’est agir en sachant.

Et nous pensons, voudrions ou rêverions

de vivre dans le « choix » alors que nous sommes

et serons dans la « décision »

puisque plus on connait,

plus le champ de notre ignorance s’agrandit.

Rien de nouveau sous le soleil...



10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre, mais j’existe par le regard de l’autre. Quand ce regard est éclairé par le soleil de l’amour, je me sens immédiatement plus joyeux, comme si l’amour m’envoyait d

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

Comments


bottom of page