top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Un été en hiver.

Dernière mise à jour : 22 févr. 2023

Le paradoxe c’est qu’il faut

un intermédiaire pour se connecter à soi !

On ne peut pas se connecter directement,

sinon on reste seul avec son ego,

mais pour être vraiment avec soi,

il faut toucher le plus grand que soi qui est là,

c’est lui le médiateur,

le seul moyen d’être en rapport avec soi.

Ca peut être l’inspiration pour l’artiste,

si l’inspiration vient du travail de l’artiste lui-même ,

elle ne lui tombe pas dessus en claquant des doigts,

elle arrive, on ne sait comment, ni d’où, ni quand.

Quand elle est bonne on le sait,

mauvaise on ne le sait pas toujours,

mais bonne, c’est-à-dire juste,

elle supprime la distance de soi à soi.

A l’instant où l’inspiration nous transperce,

elle réunit immédiatement les deux morceaux de soi

comme une puissante colle soude deux blocs de marbre,

sans couture visible,

pour constituer un bloc indicible,

inébranlable et totalement poreux au monde.

Ce n’est pas affaire de volonté,

ce n’est pas quand on la cherche qu’elle surgit,

elle arrive dans l’abandon.

Quand on se laisse prendre,

plutôt que quand on veut prendre,

comme si dans cet abandon de soi,

cette perte de contrôle ouvrait une porte

laissant alors entrer un filet de lumière

qui ne peut pénétrer que de cette façon.

La seule clé est

dans cet élan de confiance vers la vie,

ce saut confiant dans un vide

dont on ne voit pas le fond,

dont on n'a pas non pas un espoir

qui serait d’attendre quelque chose,

mais une espérance sans objet,

simplement une confiance dans la vie.


Camus l’a dit de façon très simple :

« Au milieu de l’hiver,

j’ai découvert en moi un invincible été »

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre, mais j’existe par le regard de l’autre. Quand ce regard est éclairé par le soleil de l’amour, je me sens immédiatement plus joyeux, comme si l’amour m’envoyait d

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

コメント


bottom of page