top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le pouvoir du rien.

C’est plus l’amour que nous aimons que l’être aimé,

c’est la dépression qui nous renvoi une image

inadéquate du monde et de nous-même.

C’est notre état intérieur

qui nous donne une vision du monde.

Nous ne le voyons pas tel qu’il est,

sauf peut-être quand

nous nous jetons dans ses bras

sans rien en attendre en retour,

sans chercher quelque chose à y prendre.

Cette pulsion de vie que nous lui offrons

peut nous revenir sous la forme

d'émerveillement , de joie, de pensée,

de mot, de dessin, de peinture,

de photographie, de beauté , d’art.

Mais nous passons la majeure

partie de notre temps guidé

par nos besoins d’humains :

gagner, prendre, utiliser,

nous servir, et nous n’obtenons

dans les meilleurs des cas que ce

que nous sommes venu chercher,

alors que quand nous nous donnons,

nous recevons, par définition,

toujours plus, puisqu’on attendait rien.

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre, mais j’existe par le regard de l’autre. Quand ce regard est éclairé par le soleil de l’amour, je me sens immédiatement plus joyeux, comme si l’amour m’envoyait d

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

Comments


bottom of page