• Arthur Baudon Vernet

L’ange déchu.

Dernière mise à jour : 1 juil. 2021

Le tatouage marque une volonté

d’affirmation de son identité

au plus profond de soi.

Affirmer son image,

non pas avec ce que l’on porte sur le dos

mais avec le plus personnel et intime :

sa peau.

Montrer au monde la gravure incrustée

dans mon épiderme.

Il ne s’agit pas d’une mode éphémère

d’une robe ou d’un jean que je pourrais

changer avec l’arrivée de la prochaine collection.

C’est du long terme.

Il ne s’agit pas d’une marque

qui pourrait faire faillite, il s’agit de la mienne.

Elle disparaitra avec moi.

Assise comme un yogi, un ange tatoué

entre les deux omoplates.

Un stylo dans les cheveux pour tenir son chignon,

les mains tiennent les pages du livre ouvert,

elle ne bouge pas,

pas du tout.

Ça fait trop longtemps maintenant,

elle aurait dû tourner une page au moins.

Dort-elle ?

Les deux mains lâchent le livre en même temps,

il tombe juste au milieu.

Elle s’effondre la tête en avant

laissant voir son ange.

Un point rouge sur l’aile gauche.

Pas de doute c’était bien elle.






2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’écriture rend intense les 24 heures que nous avons tous, riches, pauvres, malades, en bonne santé, vieux, jeunes, hommes, femmes, nous disposons tous de 24 h par jour. L’écriture permet de vivre pl

On anticipe toujours en excès positif ou négatif un avenir qui n’adviendra finalement jamais comme on l’avait imaginé, si c’est le cas, c’est probablement qu’on on déjà mort.

Tant que tu ne le sauras pas toi-même, ce sont les autres qui le diront à ta place.