• Arthur Baudon Vernet

L’ange déchu.

Dernière mise à jour : 1 juil. 2021

Le tatouage marque une volonté

d’affirmation de son identité

au plus profond de soi.

Affirmer son image,

non pas avec ce que l’on porte sur le dos

mais avec le plus personnel et intime :

sa peau.

Montrer au monde la gravure incrustée

dans mon épiderme.

Il ne s’agit pas d’une mode éphémère

d’une robe ou d’un jean que je pourrais

changer avec l’arrivée de la prochaine collection.

C’est du long terme.

Il ne s’agit pas d’une marque

qui pourrait faire faillite, il s’agit de la mienne.

Elle disparaitra avec moi.

Assise comme un yogi, un ange tatoué

entre les deux omoplates.

Un stylo dans les cheveux pour tenir son chignon,

les mains tiennent les pages du livre ouvert,

elle ne bouge pas,

pas du tout.

Ça fait trop longtemps maintenant,

elle aurait dû tourner une page au moins.

Dort-elle ?

Les deux mains lâchent le livre en même temps,

il tombe juste au milieu.

Elle s’effondre la tête en avant

laissant voir son ange.

Un point rouge sur l’aile gauche.

Pas de doute c’était bien elle.






2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos