top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

L’hymne à la bouche.

Le premier cri de la vie

comme son dernier souffle

passe par elle.

Le bonjour, les au revoir,

même l’adieu passe par elle.

Le baiser amical, familial,

amoureux voire bestial aussi.

L’eau l'emprunte pour irriguer son hôte.

La nourriture y commence

sa transformation en énergie de vie.

Les arômes s'y métamorphosent

en plaisirs ou déplaisirs dans notre cerveau.

Nos sourires, colères, étonnements,

mépris, assurances, peurs, joies, arrogances,

une palette infini d’émotions peut s’y lire.

Notre voix en sort avec ses teintes

de couleurs peintes par notre humeur et notre santé.

Nos pensées y prennent vie en voyageant à l'air libre,

soudainement métamorphosées de molécules en sons.

Notre bouche collabore avec les yeux

qui y gagnent en variétés d’expressions.

Le dialogue d'oeil à oeil est d'une autre nature,

mais il arrive aux yeux de se poser aussi sur la bouche

pour y lire son chant dont ils ne voient que le mime.

La conversation de bouche à bouche,

comme un dialogue entre sourds

qui s'entendent très très bien.



7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre, mais j’existe par le regard de l’autre. Quand ce regard est éclairé par le soleil de l’amour, je me sens immédiatement plus joyeux, comme si l’amour m’envoyait d

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

Comments


bottom of page