• Arthur Baudon Vernet

L’oiseau en liberté

Dernière mise à jour : 21 déc. 2020

Etre en capacité de répondre

à tout ce qui nous arrive

est la seule façon de prévoir l’imprévisible.

Pour cela, il ne faut pas être un dieu aux pouvoirs

toujours supérieur à son environnement.

Il faut être en accord avec le plus profond de soi-même.

Alors toutes nos pensées et actions sont adaptées

et acceptées de nous.

Nous ne ferons rien que nous ne puissions faire.

Nous le ferons le mieux que nous le puissions.

Nous n’essayerons plus d’essayer de faire comme x ou y ,

de faire ce que z attend de nous ou de faire

ce que nous pensons qu’il attend de nous.

Nos désirs seront devenus nos besoins,

non plus des désirs pour combler

des manques à peine assouvis

qui en créent d’autres ainsi alimentés

par une consommation nécessairement sans fin,

mais des désirs dont on a vraiment besoin.

Peut-être arriver à désirer ce que l’on a déjà.

Il ne s’agit pas de devenir un être isolé replié sur soi,

c’est plutôt le contraire.

Il s’agit d’être un être aimant, recevant et donnant

en accord avec sa nature et celle qui l’entoure.

Libéré, comme un oiseau en cage qui a cru

son univers réduit à son cadre

se sentant soudainement léger quand la porte s’est ouverte

découvrant un monde bien plus vaste.

Le sien étant désormais disponible

pour accueillir celui des autres.



0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’astronaute est en mission pour changer des boulons sur un satellite défectueux. Il va s’entrainer des années après avoir été sélectionné parmi 1 000, 10 000 autres ? Avoir travaillé avec une équipe

Etre en apesanteur. Ne plus avoir, seulement être. Etre débarrasser de l’indispensable et du nécessaire. Vivre dans le non nécessaire et le non indispensable. Etre aspirer par un grand tout plus grand

On voit les souvenirs avec ses yeux d’aujourd’hui, pas ceux d’hier. Il y a un problème temporel. Si c’était un souvenir, on devrait être capable de le voir avec nos yeux de l’époque, mais cette vison