top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

La corde usée comme la vie.

Quand une personne qui me touche meurt,

même si je ne la connaissais pas,

elle pouvait être connu, par exemple,

je pense à elle pendant plusieurs jours

après la date de sa disparition.

Qu’est-ce que j’ai vécu depuis qu’il n’est plus là ?

Qu’est ce j’ai vécu qui vaille la peine,

qui vaille la joie de vivre ?

Alors j’écoute mon souffle et je prends conscience

de mon corps dans sa totalité.

Mon corps vivant témoigne de la vie,

quelles que soit les difficultés, les problèmes,

les déceptions, les hontes, les humiliations,

les solitudes, les petits et les grands plaisirs,

les choses nouvelles découvertes , les rencontres,

les tristesses, les amours, les joies,

les surprises bonnes et mauvaises.

Une oscillation entre des sensations paradoxales

qui usent la vie comme la corde du puit

s’effiloche à force de remonter des seaux d’eau.

Elle vit aussi, elle n’est pas enroulée

dans un coin sans servir comme

ces top beaux verres de cristal rangés

dans l’armoire vitrée dont on ne se sert jamais.

La corde du puit éprouve la vie, le soleil la brule,

la pluie la détrempe, le vent la cogne contre le mur,

le froid la durcie, le chaud l’étire.

L’effort de traction quand le seau

est plein la tend,

la vitesse quand on jette le seau dans

le puit la décoiffe.

Elle est bien vivante,

elle vibre sur la poulie et dans les mains du puisatier.

Vive la vie !

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

Chacun sa place.

Il y a l’artiste qui ne laisse aucune place au regardeur. Son regard sur le monde est le sien et il l’impose. Il existe d’autres artistes qui laissent une place à ce regardeur, attendant avec impatien

Voyage dans le temps du réel.

La pensée nous embarque dans un voyage spatiotemporel vers un futur qui n’est pas encore là, (sinon ce serait un présent), et jamais conforme à notre projection, ou dans un passé que l’on corrige san

bottom of page