top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

La dangereuse pratique de l’oralité.

La discussion à deux, ou à plusieurs,

est une pratique à risques.

On peut dire des choses

que l’on ne pense pas

emporté par les paroles d’un autre

approuver des points de vues contraires à nos idées

contredire l’un alors qu’on est plutôt d’accord

se laisser convaincre contre son gré

dire plus ou au contraire moins que l’on ne voulait en dire.

Entrainé par le contexte

comme par une bourrasque de vent

on peut perdre l’équilibre.

Pendant la durée de la discussion

bornée par un début et une fin,

des mots vont s’évaporés

d’autres tomberont par terre

certains laisseront des traces corporelles.

Ceux qui auront percuté, transpercés, dérangés

déstabilisés, blessés, d’autres encore

comme une crème adoucissante nous laisserons

un parfum de complaisance, d’amabilité

de drôlerie, de séduction, d’amusement parfois.

Il ne faut pas la pratiquer n’importe comment

ni avec n’importe qui, c’est beaucoup trop dangereux.


4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

Chacun sa place.

Il y a l’artiste qui ne laisse aucune place au regardeur. Son regard sur le monde est le sien et il l’impose. Il existe d’autres artistes qui laissent une place à ce regardeur, attendant avec impatien

Voyage dans le temps du réel.

La pensée nous embarque dans un voyage spatiotemporel vers un futur qui n’est pas encore là, (sinon ce serait un présent), et jamais conforme à notre projection, ou dans un passé que l’on corrige san

bottom of page