• Arthur Baudon Vernet

La dangereuse pratique de l’oralité.

La discussion à deux, ou à plusieurs,

est une pratique à risques.

On peut dire des choses

que l’on ne pense pas

emporté par les paroles d’un autre

approuver des points de vues contraires à nos idées

contredire l’un alors qu’on est plutôt d’accord

se laisser convaincre contre son gré

dire plus ou au contraire moins que l’on ne voulait en dire.

Entrainé par le contexte

comme par une bourrasque de vent

on peut perdre l’équilibre.

Pendant la durée de la discussion

bornée par un début et une fin,

des mots vont s’évaporés

d’autres tomberont par terre

certains laisseront des traces corporelles.

Ceux qui auront percuté, transpercés, dérangés

déstabilisés, blessés, d’autres encore

comme une crème adoucissante nous laisserons

un parfum de complaisance, d’amabilité

de drôlerie, de séduction, d’amusement parfois.

Il ne faut pas la pratiquer n’importe comment

ni avec n’importe qui, c’est beaucoup trop dangereux.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’écriture rend intense les 24 heures que nous avons tous, riches, pauvres, malades, en bonne santé, vieux, jeunes, hommes, femmes, nous disposons tous de 24 h par jour. L’écriture permet de vivre pl

On anticipe toujours en excès positif ou négatif un avenir qui n’adviendra finalement jamais comme on l’avait imaginé, si c’est le cas, c’est probablement qu’on on déjà mort.

Tant que tu ne le sauras pas toi-même, ce sont les autres qui le diront à ta place.