top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

La fable du caméléon.

Prenez deux caméléons,

mettez-les sur un pétale de rose,

ils en rosissent de plaisir.

Sur une feuille de bananier,

ils en deviennent verts d'espoir.

Sur un citron, trop content

un peu de piquant.

Jetez-les sur un patchwork,

ils deviennent fous !

Ils ne savent pas comment s’adapter

à tous ces univers sans liens apparents .

Trop de choix,

trop d’injonctions contradictoires.

L’un voulant embrasser l’ensemble fini par exploser.

L’autre, choisissant un carré du patchwork,

se trouve à l'étroit dans cet univers réduit

la frustration le gagne immédiatement,

mais, curieusement, en investissant totalement

son petit carré, il se sent devenir plus grand.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Les sous-entendus liés à la complicité de l’amour ou de l’amitié naissant engendrent ces phrases que l‘un commence et l’autre fini. Avec le temps, la connivence originelle s’embrume, la curiosité mutu

Pour ressentir la beauté les yeux fermés il faut lui avoir prêté suffisamment attention les yeux ouverts. On peut aussi ressentir la beauté sans beauté, par l’amour qui rend beau la personne aimée.

Notre vie est un court métrage persuadés qu’il s’agit d’un long. Prendre son temps peut être considéré comme le perdre, alors qu’il s’agit d’une juste perception de la réalité, prendre son temps, c’e

bottom of page