• Arthur Baudon Vernet

La fable du caméleon.

Prenez deux caméléons,

mettez-les sur un pétale de rose,

ils en rosissent de plaisir.

Sur une feuille de bananier,

ils en deviennent verts,

ils connaissent bien.

Sur un citron, trop content un peu de piquant.

Jetez-les sur un patchwork, ils deviennent fous !

Ils ne savent pas comment

s’adapter à l’injonction

de s’adapter immédiatement

à un univers qui dépasse largement

leurs capacités d’adaptation.

Trop complexe.

Trop de choix.

Trop d’espaces dans un temps trop bref.

l’un voulant embrasser l’ensemble,

ne peut qu’exploser.

L’autre, choisissant un carré du patchwork,

réduit son univers,

une frustration immédiate le gagne,

mais, curieusement,

en investissant totalement son petit carré,

il se sent devenir plus grand

ce qui lui permet de comprendre l’ensemble du patchwork

sans avoir la nécessité d’en éprouver chaque carré.

A pour A




2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos