• Arthur Baudon Vernet

La méditation du poète.

Assis au bord du fleuve gigantesque,

mon regard est perdu vers la lointaine rive opposée.

Devant mes yeux défilent

des troncs d’arbres,

certains avec des feuilles encore vertes,

des barques à moteurs filent en sens opposé,

des oiseaux volent en escadrille

parallèlement au cours d’eau,

quand d’autres en vols individuels

griffent le ciel dans tous les sens

avec leurs trajectoires aléatoires.

Mon regard n’est pas attentif, plutôt hypnotique,

il voit ce qui lui passe devant,

sans regarder vraiment.

Le bruit continue de l’eau du fleuve

qui s’écoule est d’une puissance

juste suffisante pour rendre silencieux

le son de ces mouvements.

Cette musique d’eau aux intensités variables sans surprises

contribue à me mettre dans cet état de presque sommeil.

Mes yeux sont fixes, mes pensées comme évaporées.

Je suis avec moi même

sans rien qui puisse me distraire,

si ce n’est l’intensité d’être.

Mon esprit est là,

mais ne restitue que le rien,

le rien d’être transpercé

le plus naturellement possible par le souffle.

Le simple souffle qui rentre et qui sort, ni plus, ni moins.

Ce rien est pourtant d’une totale plénitude.

Il m’envahit, je perçois,

sans l’interpréter sa puissance et sa fragilité,

sa présence continue.

Je suis seulement,

mais totalement présent

dans une grande intensité tranquille

avec une absence d’intentionnalité,

disposé à recevoir ce qui m’est donné.

Quelque ce soit ce qui m’est donné,

totalement prêt à prendre au dépourvu l’imprévisible.


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos