top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

La Pentecôte.

Ils se mirent à parler toutes les langues…

À s’exprimer suivant le don de l’esprit… Chacun parle sa langue et l’autre

le comprend immédiatement,

voire intrinsèquement,

une communication totale.

Cette connaissance immédiate

n’est-elle pas une invitation

à se connaitre soi-même

pour pouvoir vraiment essayer de comprendre l’autre ?

On en revient au « connais-toi-même »

suivi du « deviens qui tu es ».

Comme si ces deux étapes

conduisaient à une troisième.

Un état sans filtre avec le monde

où on le respire tel qu’il est,

et où on est au monde tel que nous sommes,

débarrassés de tous les artifices.

Tout le monde se comprend

sans besoin de traduction

puisque chacun est une épure,

entre épures on se comprend.

L’art est un autre exemple

puisqu’il permet à l’artiste de partager

avec l’autre sa vision du monde en un instant

aussitôt enrichi par le regard du spectateur.


5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Comments


bottom of page