top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le partage est une bombe.

Le mot lu a un impact

dans le cerveau du lecteur,

parfois c’est un feu d’artifice

qui va éclairer soudain le ciel de la nuit.

Le mot a peu d’effet visuel,

il ne s’agit pas d’une installation sensationnelle

qui va provoquer des « waouh »,

il n’impressionne pas comme

cet écran géant avec ses effets sonores

multi phoniques et ces images hautes technologies.

Tous ces effets superfétatoires

hypnotisent nos sens.

Hagards nous voilà hors-nous.

Le mot lui, rentre subrepticement en nous

et s’il résonne va provoquer une explosion intérieure

qui va embraser tous nos sens

et tutoyer nos pensées,

nous emportant dans un tourbillon

comme un ami véritable vous touche

en vous faisant sentir

que vous êtes présence pour lui,

son regard vous fait prendre

conscience de votre consistance,

de votre place.

C’est peut-être ce genre de sensation

dont il s’agit avec les mots lus ou entendus.

Deux centres qui se centrent sur le même centre.

Un cercle s’agrandit d’un coup,

celui des sensations, des connaissances,

de l’esprit, du cœur.

Une dilution de mon corps et de mon esprit

dans le plus grand que soi

qui me fait prendre conscience de ma place.

Maintenant, je sais

et vous aussi , c'est l'intérêt du partage, non ?


9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Comments


bottom of page