top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

La Vague en Méditerranée, par temps calme.

La vague s’arme, le coup part.

Chaque fois on perçoit l’armement.

Elle se relève, fait le dos rond comme un chat.

Une légère hésitation au sommet,

et PAANN ! Le bruit claque.

Le déferlement peut commencer.

Son désir de montrer sa puissance

en s’abandonnant tout le long de la plage exulte.

La joie.

Comme si remplir d’écume

le plus d’espace possible

et à toute vitesse était une urgence.

Assez rapidement la mousse disparait

pour rendre visible le bleu vert de l'eau.

L’évaporation va délicatement dissiper son existence,

ne laissant que quelques arabesques

sur le sable et un peu d’humidité.

La mémoire furtive d’instants présents déjà passés.

Une autre vague va effacer définitivement

toute trace de son existence.

Pourtant elle a bien existé,

un instant bref, elle a existé,

elle a accompli son rôle de vague avec allégresse.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre, mais j’existe par le regard de l’autre. Quand ce regard est éclairé par le soleil de l’amour, je me sens immédiatement plus joyeux, comme si l’amour m’envoyait d

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

Comments


bottom of page