• Arthur Baudon Vernet

Le besoin de désir.

Un désir arrive, rarement un véritable besoin,

alors le désir embarrasse celui qui l’éprouve.

L’assouvir tel quel

comme une pulsion est certes

la solution la plus évidente

qui procure son petit plaisir,

mais aussitôt accompli,

la déception s’invite immédiatement.

Il faut impérativement en assouvir un autre

de préférence plus grand,

et de désir assouvi en désir assouvi,

on creuse un puit sans fond

sans en avoir conscience.

"Le toujours plus"

est un voyage de déception en déception.

Le désir peut demander de l’aide à la raison

pour qu’elle lui donne des arguments.

Toujours flattée quand on la sollicite,

la raison va trouver au moins trois arguments,

le premier comme fondation,

le deuxième pour confirmer

et le troisième pour enfoncer le clou.

Le désir ainsi métamorphosé en besoin

va pouvoir être assouvi sans aucune culpabilité,

mais sans le petit Pschitt de dopamine non plus.

Décidément, on ne peut pas tout avoir.

Mais pour le prochain, on ne demandera rien à la raison, chut…

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos