top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le défaut de mes qualités.

Je souhaite tellement exprimer ma pensée au plus juste. C’est plus fort que mon envie d’écouter autrui. Un paradoxe, se nourrir du monde et le vomir. Je me nourris des pensées d’autrui, sans elles je me meurs. Mes origines, mes nourritures et ma façon de les travailler,

de les cuisiner, de les arranger me permet de toucher la conscience d’être ce que je suis. Plus je suis ce que je suis,

alimenté par mon rapport au monde,

transpercé par mes origines,

plus l’élan de vie et donc le désir grandit. Plus je suis vivant, plus je suis en adéquation

avec ce que je dois être, je le sais. Je peux donc mourir demain

ayant accompli mon devoir et mon droit d’avoir vécu.

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre, mais j’existe par le regard de l’autre. Quand ce regard est éclairé par le soleil de l’amour, je me sens immédiatement plus joyeux, comme si l’amour m’envoyait d

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

Comentarios


bottom of page