top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le défaut de mes qualités.

Je souhaite tellement exprimer ma pensée au plus juste. C’est plus fort que mon envie d’écouter autrui. Un paradoxe, se nourrir du monde et le vomir. Je me nourris des pensées d’autrui, sans elles je me meurs. Mes origines, mes nourritures et ma façon de les travailler,

de les cuisiner, de les arranger me permet de toucher la conscience d’être ce que je suis. Plus je suis ce que je suis,

alimenté par mon rapport au monde,

transpercé par mes origines,

plus l’élan de vie et donc le désir grandit. Plus je suis vivant, plus je suis en adéquation

avec ce que je dois être, je le sais. Je peux donc mourir demain

ayant accompli mon devoir et mon droit d’avoir vécu.

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Pas à pas

L’improvisation diminue au fur et à mesure qu’augmente notre apprentissage du monde et de nous-même. Mieux vaut savoir ce que l’on fait, un chirurgien qui travaille au centimètre près s’est trompé de

Platon enchainé à un smartphone.

La société nous vante la nécessité d’acheter des produits et des services pour rendre notre vie meilleure, pourtant plus on les consomme plus on alimente une machine à frustration qui nous précipite d

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

bottom of page