top of page
  • Arthur Baudon Vernet

Le défaut de mes qualités.

Je souhaite tellement exprimer ma pensée au plus juste. C’est plus fort que mon envie d’écouter autrui. Un paradoxe, se nourrir du monde et le vomir. Je me nourris des pensées d’autrui, sans elles je me meurs. Mes origines, mes nourritures et ma façon de les travailler,

de les cuisiner, de les arranger me permet de toucher la conscience d’être ce que je suis. Plus je suis ce que je suis,

alimenté par mon rapport au monde,

transpercé par mes origines,

plus l’élan de vie et donc le désir grandit. Plus je suis vivant, plus je suis en adéquation

avec ce que je dois être, je le sais. Je peux donc mourir demain

ayant accompli mon devoir et mon droit d’avoir vécu.

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Il y a une urgence et un impératif à vivre, qui entrainent parfois une confusion entre exister et vivre. Pour exister nous devons satisfaire nos besoins quotidiens de boissons, nourritures, sommeil,

Au début, la certitude peu intéressée à l'idée d' écouter le doute préféra se livrer à lui. Très sure d’elle, elle se raconta au doute, lui toujours intéressé par un autre point de vue, posa moultes

Un modèle, la certitude est un modèle clos. Elle empêche de voir au-delà et à coté, comme dans un train sur des rails, même si le paysage parait parfois joli, la destination est garantie à la minute p

bottom of page