• Arthur Baudon Vernet

Le défaut de mes qualités.

Je souhaite tellement exprimer ma pensée au plus juste. C’est plus fort que mon envie d’écouter autrui. Un paradoxe, se nourrir du monde et le vomir. Je me nourris des pensées d’autrui, sans elles je me meurs. Mes origines, mes nourritures et ma façon de les travailler,

de les cuisiner, de les arranger me permet de toucher la conscience d’être ce que je suis. Plus je suis ce que je suis,

alimenté par mon rapport au monde,

transpercé par mes origines,

plus l’élan de vie et donc le désir grandit. Plus je suis vivant, plus je suis en adéquation

avec ce que je dois être, je le sais. Je peux donc mourir demain

ayant accompli mon devoir et mon droit d’avoir vécu.

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’écriture rend intense les 24 heures que nous avons tous, riches, pauvres, malades, en bonne santé, vieux, jeunes, hommes, femmes, nous disposons tous de 24 h par jour. L’écriture permet de vivre pl

On anticipe toujours en excès positif ou négatif un avenir qui n’adviendra finalement jamais comme on l’avait imaginé, si c’est le cas, c’est probablement qu’on on déjà mort.

Tant que tu ne le sauras pas toi-même, ce sont les autres qui le diront à ta place.