top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le déménagement


 

Un déménagement précède un emménagement.

C’est comme le décollage et l’atterrissage,

la gare de départ et celle d’arrivée.

Entre les deux, un mouvement

spatio-temporel qui nous égare.

Nos émotions, nos sens sont perturbés.

Triste qu’il s’agisse d’une fin,

pas tout à fait joyeux de ce nouveau début.

Et puis le temps, ou plutôt la durée

du voyage entre les deux fait son travail,

petit à petit nous oublions presque déjà l’ancien

pour ouvrir les bras au nouveau, l’enlacer, l’embrasser,

l’accueillir avec joie.

La découverte d’un début qui se dévoile comme

ce fil caché sous le sable que l’on tire,

où va-t-il nous mener ?

L’excitation de l’inattendu

qui bouscule le train-train de l’ancien,

comme cette douche froide qui nous revigore,

ce coup de vent qui nous décoiffe.

C’est curieux ce besoin de début

qui nous permet de toucher la vie qui vit

quand la routine l’enfouie sous un tas de poussière.

 

 

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L'un, puis l'autre.

La valeur de l’héritage est un leurre social. La transmission importe plus, il ne s’agit pas de transmettre des terres, des pierres, des entreprises, de l’argent, ni même des valeurs morales, mais de

La Pentecôte.

Ils se mirent à parler toutes les langues… À s’exprimer suivant le don de l’esprit… Chacun parle sa langue et l’autre le comprend immédiatement, voire intrinsèquement, une communication totale. Cette

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

留言


bottom of page