top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le désir et le manque.

Dernière mise à jour : 17 juin

C’est le désir qu’il faut alimenter,

certainement pas le manque à combler.

Encore un leurre, combler un manque par la possession,

la consommation est un puit sans fond.

La première gorgée de manque à peine assouvie,

la deuxième plus forte surgit et les autres se précipitent.

Alors qu’alimenter son désir est une cure de jouvence.

Désirer non pas ce que je n’ai pas,

mais ce que je veux vraiment

est un moteur qui se nourrit

de toutes sortes de combustibles.

Le summum étant de parvenir à désirer ce que l’on a déjà !

(PS : si on l’à , c’est qu’on l’a déjà désiré,

il s’agit de retrouver le chemin de ce premier désir)

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre, mais j’existe par le regard de l’autre. Quand ce regard est éclairé par le soleil de l’amour, je me sens immédiatement plus joyeux, comme si l’amour m’envoyait d

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

Commentaires


bottom of page