top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le faux feu de cheminée et le feu follet.

L’oscillation entre

le doute et la certitude,

l’instabilité et la sécurité.

Suivre un chemin tracé par d’autres

ou prendre celui qu’on s’invente.

Se sentir inadapté, incapable

par rapport aux attendus

de la société.

Elle nous apparait absurde, injuste

quand elle voue au succès

la médiocrité productive,

le laid quand il est performant,

Et pourtant quand on agit en accord avec soi,

totalement en accord

avec son corps et son esprit

ses émotions et ses pensées,

alors on ouvre la porte de la joie.

Une joie qui n’est pas forcément

visible à l’extérieur,

qui n’est pas une garantie de « succès »,

mais c’est une lumière chaude,

couleur de braise, un feu

en permanence en devenir,

un combustible inépuisable.


6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le désir et le manque.

C’est le désir qu’il faut alimenter, certainement pas le manque à combler. Encore un leurre, combler un manque par la possession, la consommation est un puit sans fond. La première gorgée de manque à

Pensée du jour

L’état dans lequel je suis de façon durable maintenant, cette joie caressante et enveloppante qui me permet de sentir la chaleur des rayons du Soleil à travers les feuilles de l’olivier, sentir le ven

OUF!

Se sentir libre d’être heureux et  l’être est une sensation indicible car on n’est plus seulement un corps, un esprit  et un cœur, on est un tout qui fait partie du tout. On le sait. Comme étant le gr

Comentários


bottom of page