top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le gout de l’inachevé.

Ne pas oublier notre passé, celui que nous avons vécu,

et l’histoire, non vécu.

Celle de nos ancêtres qui irrigue nos veines.

Notre histoire personnelle se mélange en permanence

avec l’histoire de nos aïeux, et chaque jour

nous transformons le tout

avec le nouvel inattendu qui bouscule

notre improvisation quotidienne.

Nous sommes dans ce mouvement inouï

qui n’est ni rectiligne, ni circulaire.

La flèche du temps est un concept,

les boucles temporelles, une image de pensée.

Pas de ligne d’arrivée, rien à gagner.

Un parcours qui par définition sera inachevé

et pourtant une sorte de complétude

peut nous envahir quand on agit en accord avec soi-même,

pas un soi-même fixe, mais ce soi-même que l’on sent vivre,

qui se transforme au rythme de son souffle,

de ce que ses yeux voient,

ce que son esprit apprend, ce à quoi il réfléchit,

ce que ses doigts touchent, son nez sent,

notre bouche goute.

Toutes ces nourritures façonnent notre regard

posé sur le monde. Plus il est attentif,

plus on est nourri et curieusement moins on est rassasié.

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Le contenu et le contenant

Un déménagement heureusement prend un certain temps. Ce temps permet de prendre conscience de la quantité d’objets inutilement accumulés de la beauté oubliée de certains, des souvenirs toujours vivace

Commentaires


bottom of page