• Arthur Baudon Vernet

Le livre de la bibliothèque.

Le problème d’octobre,

c’est que notre attention

est facilement attirée par les choses

qui ne fonctionnent pas.

Celles qui divergent de nos attentes.

Une mécanique infernale se met en branle,

un engrenage qui ne broie

que des idées noires,

les autres n’arrivent plus à la lumière.

Il faudrait élaguer,

mais on n’a pas le courage.

Il faudrait se bouger,

mais on préfère rester couché.

Il faudrait…Il faudrait ..

Mais on ne fait pas.

Notre cerveau est comme une bibliothèque

remplie de livres de natures

et de sujets très divers,

en octobre c’est comme

si on revenait sans cesse

sur le même livre,

incapable de lire les autres

pourtant juste à côté,

en dessus, ou en dessous.

Il suffit de remettre

celui des idées noires à sa place,

de savoir qu’il est bien là,

et en choisir un autre.

Les problèmes ne vont pas disparaitre,

ils ne seront pas occulté

non plus, mais ils occuperont

seulement la place qu’ils doivent

occuper ni plus, ni moins.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos