top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le livre de la bibliothèque.

Le problème d’octobre,

c’est que notre attention

est facilement attirée par les choses

qui ne fonctionnent pas.

Celles qui divergent de nos attentes.

Une mécanique infernale se met en branle,

un engrenage qui ne broie

que des idées noires,

les autres n’arrivent plus à la lumière.

Il faudrait élaguer,

mais on n’a pas le courage.

Il faudrait se bouger,

mais on préfère rester couché.

Il faudrait…Il faudrait ..

Mais on ne fait pas.

Notre cerveau est comme une bibliothèque

remplie de livres de natures

et de sujets très divers,

en octobre c’est comme

si on revenait sans cesse

sur le même livre,

incapable de lire les autres

pourtant juste à côté,

en dessus, ou en dessous.

Il suffit de remettre

celui des idées noires à sa place,

de savoir qu’il est bien là,

et en choisir un autre.

Les problèmes ne vont pas disparaitre,

ils ne seront pas occulté

non plus, mais ils occuperont

seulement la place qu’ils doivent

occuper ni plus, ni moins.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le sang de la mer

Le bateau file sur une mer houleuse, le vent ne pousse pas assez fort pour que la coque efface les vagues, l’allure est irrégulière. Le bateau décolle puis s’engouffre, on est loin de l’allure réguliè

Croquer la pomme

Je n’ai besoin de personne pour vivre, mais j’existe par le regard de l’autre. Quand ce regard est éclairé par le soleil de l’amour, je me sens immédiatement plus joyeux, comme si l’amour m’envoyait d

Le rythme de l’eau

L’espace et le temps se dilatent d’abord pour s’évaporer ensuite. Pff, pff, le son d’un ballon qui se vide en volant dans toutes les directions avant de tomber par terre , inerte, sans air. La navigat

Comments


bottom of page