top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le livre de la bibliothèque.

Le problème d’octobre,

c’est que notre attention

est facilement attirée par les choses

qui ne fonctionnent pas.

Celles qui divergent de nos attentes.

Une mécanique infernale se met en branle,

un engrenage qui ne broie

que des idées noires,

les autres n’arrivent plus à la lumière.

Il faudrait élaguer,

mais on n’a pas le courage.

Il faudrait se bouger,

mais on préfère rester couché.

Il faudrait…Il faudrait ..

Mais on ne fait pas.

Notre cerveau est comme une bibliothèque

remplie de livres de natures

et de sujets très divers,

en octobre c’est comme

si on revenait sans cesse

sur le même livre,

incapable de lire les autres

pourtant juste à côté,

en dessus, ou en dessous.

Il suffit de remettre

celui des idées noires à sa place,

de savoir qu’il est bien là,

et en choisir un autre.

Les problèmes ne vont pas disparaitre,

ils ne seront pas occulté

non plus, mais ils occuperont

seulement la place qu’ils doivent

occuper ni plus, ni moins.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Comments


bottom of page