• Arthur Baudon Vernet

Le mâle alpha

Dernière mise à jour : 5 juin 2020

Mince, plutôt grand, les vêtement serrés au corps, le crane presque rasé, les cheveux rares mais drus.

Plus d’influx nerveux que de puissance musculaire.

Une main dans la poche avant de son jean, le manteau ouvert à cause de ses grandes enjambées.

L’autre main nourrit sa bouche vorace.

Les bouchées sont franches, toniques.

Il croque, la mâchoire animée par un rythme et une fermeté

ne laissant aucun doute sur la solidité de ses gencives et la blancheur de ses dents.

A peine avalée, la main présente une nouvelle bouchée à la voracité de sa mastication animale.

Son champs de vision est vaste, il balaye de la tête et des yeux avec un décalage, d’abord la tête et ensuite les yeux.

Un coup à gauche, un coup à droite, discrètement mais pas suffisamment pour l’être vraiment

alors, on le remarque un peu, juste un peu, juste comme il le souhaitait.

On ne sait pas si c’est pour évaluer ce qui se passe ou s’assurer qu’on le voit bien.

Non, en fait, il avance sans regarder vraiment, il ne fait que scanner ce qui l’entoure, traitant juste l’information

qui lui parvient sans y attacher aucune importance.

Il s’assure surtout de l’attention que lui portent les trois femmes qui l’accompagnent.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Si, lors de mes 20, 30, 40 ou 50 ans une voyante m’avait prédit que j'exposerai des photos dans une poissonnerie à l'approche de mes 60 ans, je ne l’aurais pas cru ! Si elle m'avait prédit que j’éprou

L’astronaute est en mission pour changer des boulons sur un satellite défectueux. Il va s’entrainer des années après avoir été sélectionné parmi 1 000, 10 000 autres ? Avoir travaillé avec une équipe

Son œil émerveillé, brillant scintille d’intelligence, de malice et d’autant de naïveté. Un subtil mélange qui nous cueille. Son verbe n’est pas dogmatique, mais systématiquement adapté à son invité.