top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le merveilleux de l'émerveillement.

La perfection fascine,

quand la danseuse termine son enchainement

à la seconde précise

où la dernière note du mouvement

jouée par l’orchestre

de quatre-vingt musiciens cesse de voler,

comment ne pas être admiratif

devant la perfection du cadrage,

de la lumière, de la composition,

de la netteté d’une photographie

de l’évocation poétique du merveilleux

par l’arrangement harmonieux

des couleurs d’un artiste,

un agencement subtil du vide et du plein.

Cependant l’admiration crée une distance

entre la chose admirée et le regardeur,

entre la star sur scène et le public dans la fosse.

Une étanchéité entre le monde parfait,

parfois trop parfait de l’artiste et celui du public.

Alors que l’émerveillement, lui, est inclusif.

Ses bras sont grands ouverts au regardeur

qui n'a plus qu'à saisir simplement

et sincèrement l’invitation,

L’émerveillement est plus fréquent qu’on ne croit,

encore faut-il être disponible

pour ne pas le rater quand il se présente.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

Chacun sa place.

Il y a l’artiste qui ne laisse aucune place au regardeur. Son regard sur le monde est le sien et il l’impose. Il existe d’autres artistes qui laissent une place à ce regardeur, attendant avec impatien

Voyage dans le temps du réel.

La pensée nous embarque dans un voyage spatiotemporel vers un futur qui n’est pas encore là, (sinon ce serait un présent), et jamais conforme à notre projection, ou dans un passé que l’on corrige san

bottom of page