top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le mouvement des frimas.

Les frimas d’octobre hésitent à s’installer.

Un matin très frais,

un après-midi si chaud

que quelques sueurs perlent encore,

réminiscence de la chaleur de l’été pourtant passé.

L’esprit, lui est déjà froid et humide.

Les pensées sombres tirant

vers le noir plutôt que vers le clair.

Pourtant le soleil se lève et se couche

avec une régularité totalement infaillible.

Mes idées s’enlisent

dans des sables mouvants lourds et étouffants.

Il faut ouvrir une fenêtre

même une toute petite.

S’attacher à apprendre quelque chose d'inconnu la veille

s’atteler à créer, même un rien,

ce sera un rien qui n’existait pas auparavant.

Sortir et mettre un pied devant l’autre,

puis l’autre, jusqu’à marcher

d’abord droit

puis rapidement

en regardant le ciel et les arbres.

Cette activité cérébrale et physique

même minimale peut suffire

à allumer une lumière qui va se propager

et finir par nous illuminer tout entier.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le désir et le manque.

C’est le désir qu’il faut alimenter, certainement pas le manque à combler. Encore un leurre, combler un manque par la possession, la consommation est un puit sans fond. La première gorgée de manque à

Pensée du jour

L’état dans lequel je suis de façon durable maintenant, cette joie caressante et enveloppante qui me permet de sentir la chaleur des rayons du Soleil à travers les feuilles de l’olivier, sentir le ven

OUF!

Se sentir libre d’être heureux et  l’être est une sensation indicible car on n’est plus seulement un corps, un esprit  et un cœur, on est un tout qui fait partie du tout. On le sait. Comme étant le gr

Commenti


bottom of page