• Arthur Baudon Vernet

Le mouvement perpétuel.

Dernière mise à jour : 1 août 2020

Longtemps cherché, rêvé, fantasmé, jamais trouvé !

Qu’est-ce que nous sommes bête, parfois !

C’est pourtant là, devant nos yeux depuis toujours.

Le mouvement perpétuel révélé.

D’ordinaire modeste, je suis fier de vous apporter la preuve

de ce que j’affirme.

Le secret du mouvement perpétuel, c’est :

(Chut) Désirer ce que l’on n'a pas (Chut)

Nos désirs toujours supérieur à ce que l’on peut obtenir crée un mouvement sans fin.

Il y aura bien toujours un désir non assouvi à obtenir, non ?

Un mouvement sans fin, c’est bien le mouvement perpétuel:

CQFD.

Attention, ce mouvement permanent est aussi source d’insatisfaction permanente.

On pense être heureux en réalisant un désir.

Pourtant aussitôt assouvi, on en trouve un autre non satisfait.

C’est comme resté éveiller 24 heures sur 24

sept jours sur sept pour ne rien perdre du temps qui passe.

Non seulement on finit par être défaillant mais on en meurt

……Insatisfait.

Désirer ce que l'on n'a pas, un épuisement fatal sans satisfaction

Décidément, en verve, j ’ai aussi la clé pour stopper cette frustration :

« Désirer ce que l’on a et en être heureux »

Il faut sans cesse y être attentif pour y parvenir.

Un autre mouvement perpétuel ?

À la fin on meurt aussi, mais satisfait.

Chouette, non ?

Personne n’y croit, essayez, qu’avez-vous à perdre ?

Vous verrez bien.


5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’astronaute est en mission pour changer des boulons sur un satellite défectueux. Il va s’entrainer des années après avoir été sélectionné parmi 1 000, 10 000 autres ? Avoir travaillé avec une équipe

Etre en apesanteur. Ne plus avoir, seulement être. Etre débarrasser de l’indispensable et du nécessaire. Vivre dans le non nécessaire et le non indispensable. Etre aspirer par un grand tout plus grand

On voit les souvenirs avec ses yeux d’aujourd’hui, pas ceux d’hier. Il y a un problème temporel. Si c’était un souvenir, on devrait être capable de le voir avec nos yeux de l’époque, mais cette vison