top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Certaines vérités ont du chien.

Parfois elle nous fait déglutir,

des gouttes de sueurs froides

perlent sur les tempes,

voire dans le bas de la nuque.

Notre corps tout entier

tétanisé est figé, comme glacé.

Ce genre de vérité nous empêche

le moindre mouvement, de peur

de briser un membre gelé.

Il y a en d’autres moins froides,

tièdes, voire chaudes

qui colorent le visage en rouge

et font monter des larmes suspendues

un temps, en dessous des paupières

pour finalement franchir

ce barrage trop bas et inonder

le coté droit, le coté gauche du visage ,

jamais de façon totalement symétrique,

secouant le corps comme un tas sans forme.

Qui a dit que la vérité n’avait pas de température ?


4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

Chacun sa place.

Il y a l’artiste qui ne laisse aucune place au regardeur. Son regard sur le monde est le sien et il l’impose. Il existe d’autres artistes qui laissent une place à ce regardeur, attendant avec impatien

Voyage dans le temps du réel.

La pensée nous embarque dans un voyage spatiotemporel vers un futur qui n’est pas encore là, (sinon ce serait un présent), et jamais conforme à notre projection, ou dans un passé que l’on corrige san

bottom of page