top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Certaines vérités ont du chien.

Parfois elle nous fait déglutir,

des gouttes de sueurs froides

perlent sur les tempes,

voire dans le bas de la nuque.

Notre corps tout entier

tétanisé est figé, comme glacé.

Ce genre de vérité nous empêche

le moindre mouvement, de peur

de briser un membre gelé.

Il y a en d’autres moins froides,

tièdes, voire chaudes

qui colorent le visage en rouge

et font monter des larmes suspendues

un temps, en dessous des paupières

pour finalement franchir

ce barrage trop bas et inonder

le coté droit, le coté gauche du visage ,

jamais de façon totalement symétrique,

secouant le corps comme un tas sans forme.

Qui a dit que la vérité n’avait pas de température ?


4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le désir et le manque.

C’est le désir qu’il faut alimenter, certainement pas le manque à combler. Encore un leurre, combler un manque par la possession, la consommation est un puit sans fond. La première gorgée de manque à

Pensée du jour

L’état dans lequel je suis de façon durable maintenant, cette joie caressante et enveloppante qui me permet de sentir la chaleur des rayons du Soleil à travers les feuilles de l’olivier, sentir le ven

OUF!

Se sentir libre d’être heureux et  l’être est une sensation indicible car on n’est plus seulement un corps, un esprit  et un cœur, on est un tout qui fait partie du tout. On le sait. Comme étant le gr

Comments


bottom of page