top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Peau de crème.

Dernière mise à jour : 12 déc. 2022

Comme si sur une peau malade

on développait des moyens incroyablement sophistiqués

pour créer une crème pour la soigner.

Alors que son état est l’effet d’une cause plus profonde :

une maladie du corps qu’elle enveloppe.

En s’attaquant à la maladie, la peau,

retrouverait rapidement son état normal.

Cependant résoudre

les multiples problèmes

qui nous assaillent,

dont nous sommes

dans la majorité des cas la cause,

nous les créons,

il faut réagir immédiatement

et inventer la crème

la plus efficace le plus rapidement possible

pour soigner la peau sans aller chercher la cause :

pas le temps, trop cher, trop long.

Plus la réaction est rapide

plus elle est applaudie, bravo !

Les temps politiques, médiatiques,

économiques, sociaux sont respectés.

Mais il s’agit encore de l’effet « crème » sur la peau malade.

Comme si un algorithme convaincu

d’avoir exploré toutes les solutions possibles

aurait forcement balayé la solution valable

dans son processus.

Et plus on consacre de temps et d’énergie

d’argent à traiter la peau

plus il y aura d’applaudissements,

satisfait de voir une action mesurable,

et plus on continuera car la peau

continuera à avoir besoin d’un traitement,

alors que la maladie, la cause,

ne sera pas étudiée,

même pas regardée, voire ignorée.

Il suffirait peut-être de temps.

Un temps de réflexion, un temps d’observation,

un temps de compréhension, un temps à ne rien faire,

une durée incompressible d'attente,

car dans tous ces temps-là

nos cerveaux contrairement aux algorithmes

utilisent des approximations et des raccourcis,

les « heuristiques », et

dans ces temps-là ils trouvent des solutions

innovantes.........................

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

Chacun sa place.

Il y a l’artiste qui ne laisse aucune place au regardeur. Son regard sur le monde est le sien et il l’impose. Il existe d’autres artistes qui laissent une place à ce regardeur, attendant avec impatien

Voyage dans le temps du réel.

La pensée nous embarque dans un voyage spatiotemporel vers un futur qui n’est pas encore là, (sinon ce serait un présent), et jamais conforme à notre projection, ou dans un passé que l’on corrige san

bottom of page