top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le peintre qui ne peint pas.

Le peintre ne peint pas

l’objet qui est devant lui,

mais l’effet que lui procure l’objet.

Ce qui advient est la matérialisation

de son rapport à l’objet.

La nature de ce rapport conditionne

le regard du regardeur.

Pour restituer ce rapport

certains convoquent leur histoire personnelle,

leur culture, un magma de leur expérience

passée et vécue transcendé

par la technique de leur savoir-faire

de plasticien, peintre, photographe,

écrivain, acteur, bref d’artiste.

Quand l’artiste trace par son expression

un signe intelligible de tous,

c’est que l’artiste fixe son rapport au réel

dans un mouvement sincère

et indispensable pour lui-même.

L’œil du regardeur le ressent.

Alors le regardeur comme le lecteur

sont aspirés dans les sables mouvants

de l’univers de l’artiste

qui à cet instant ne fait qu’un avec lui,

chacun préservant en plus sa totale liberté d’interprétation.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Comments


bottom of page