• Arthur Baudon Vernet

Le poète qui se prenait pour un astronaute

L’astronaute est en mission pour changer

des boulons sur un satellite défectueux.

Il va s’entrainer des années

après avoir été sélectionné parmi 1 000, 10 000 autres ?

Avoir travaillé avec une équipe composée

de nombreux spécialistes, 100, 1 000 ?

Son moment arrive.

Il ne pense qu’à ces boulons devenus les siens.

Rien d’autre. Ni à l’environnement.

En scaphandre dans l’espace,

voyant défiler la terre devant ces yeux

comme la boule d’un manège géant,

attaché par un cordon ombilical

à son vaisseau en orbite.

Rien ne le distrait.

Il doit dévisser des boulons

et en revisser d’autres à la place.

Sans ces nouveaux boulons,

la structure du satellite explosera.

En plantant mes clous

pour accrocher les tableaux de mes photos,

je ne pense qu’à planter le clou

seulement après avoir mesuré plusieurs fois

l’endroit précis où il devra être.

Sûr, ou presque, que mon clou sera au bon endroit.

La seule fois ou mon attention a été distraite

par une pensée extérieure à mon action,

le clou m’a échappé et en est tombé.

Vous imaginez dans l’espace ?

Il serait toujours en train de se déplacer à la vitesse

et avec la trajectoire que je lui aurais donné.

Heureusement, je suis poète, pas astronaute.

19 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Si, lors de mes 20, 30, 40 ou 50 ans une voyante m’avait prédit que j'exposerai des photos dans une poissonnerie à l'approche de mes 60 ans, je ne l’aurais pas cru ! Si elle m'avait prédit que j’éprou

Etre en apesanteur. Ne plus avoir, seulement être. Etre débarrasser de l’indispensable et du nécessaire. Vivre dans le non nécessaire et le non indispensable. Etre aspirer par un grand tout plus grand

Son œil émerveillé, brillant scintille d’intelligence, de malice et d’autant de naïveté. Un subtil mélange qui nous cueille. Son verbe n’est pas dogmatique, mais systématiquement adapté à son invité.