• Arthur Baudon Vernet

Le poète qui se prenait pour un astronaute.

L’astronaute est en mission pour changer

des boulons sur un satellite défectueux.

Il va s’entrainer des années après avoir

été sélectionné parmi 1 000, 10 000 autres ?

Après avoir travaillé avec une équipe

composée de nombreux spécialistes

100, 1 000 ? Son moment arrive.

Il ne pense qu’à ces boulons devenus les siens.

Rien d’autre. Ni à l’environnement.

En scaphandre dans l’espace,

voyant défiler la terre devant ces yeux comme

la boule d’un manège géant,

attaché par un cordon ombilical

à son vaisseau en orbite.

Rien ne peut le distraire de sa mission.

Il doit dévisser des boulons

et en revisser d’autres à la place.

Sans ces nouveaux boulons,

la structure du satellite explosera.

En plantant mes clous pour accrocher mes photos,

je ne pense qu’à planter le clou seulement

après avoir mesuré plusieurs fois l’endroit

précis où il devra être.

Sûr, ou presque, que mon clou sera au bon endroit.

La seule fois ou mon attention a été distraite

par une pensée extérieure à mon action,

le clou m’a échappé , il est tombé.

Vous imaginez dans l’espace ?

Il serait toujours en train de se déplacer

à la vitesse et avec la trajectoire

que je lui aurais donné.

Heureusement, je suis poète, pas astronaute.


11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos