top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le poète qui se prenait pour un astronaute.

L’astronaute est en mission pour changer

des boulons sur un satellite défectueux.

Il va s’entrainer des années après avoir

été sélectionné parmi 1 000, 10 000 autres ?

Après avoir travaillé avec une équipe

composée de nombreux spécialistes

100, 1 000 ? Son moment arrive.

Il ne pense qu’à ces boulons devenus les siens.

Rien d’autre. Ni à l’environnement.

En scaphandre dans l’espace,

voyant défiler la terre devant ces yeux comme

la boule d’un manège géant,

attaché par un cordon ombilical

à son vaisseau en orbite.

Rien ne peut le distraire de sa mission.

Il doit dévisser des boulons

et en revisser d’autres à la place.

Sans ces nouveaux boulons,

la structure du satellite explosera.

En plantant mes clous pour accrocher mes photos,

je ne pense qu’à planter le clou seulement

après avoir mesuré plusieurs fois l’endroit

précis où il devra être.

Sûr, ou presque, que mon clou sera au bon endroit.

La seule fois ou mon attention a été distraite

par une pensée extérieure à mon action,

le clou m’a échappé , il est tombé.

Vous imaginez dans l’espace ?

Il serait toujours en train de se déplacer

à la vitesse et avec la trajectoire

que je lui aurais donné.

Heureusement, je suis poète, pas astronaute.


11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

S’il va aussi vite c’est qu’il ne souhaite pas accoster. Ce marin grec connait parfaitement son bateau, la mer et son port. Il ne bouge pas la tête, ne me regarde pas non plus, mais il ne ralentit pas

Les sous-entendus liés à la complicité de l’amour ou de l’amitié naissant engendrent ces phrases que l‘un commence et l’autre fini. Avec le temps, la connivence originelle s’embrume, la curiosité mutu

Pour ressentir la beauté les yeux fermés il faut lui avoir prêté suffisamment attention les yeux ouverts. On peut aussi ressentir la beauté sans beauté, par l’amour qui rend beau la personne aimée.

bottom of page