• Arthur Baudon Vernet

Le réverbère de Mr Hulot

Les villes comme à la campagne

Ah, si Mr Hulot pouvait voir ça.

Deux heures après le coucher du soleil plus personne

dans les rues des villes, comme à la campagne

quand il fait nuit.

Personne dans les champs, ni dans les forêts tout le monde

est chez soi au coin du feu avec peut être de la lumière

et encore seulement depuis cent ans.

Avant seules les villes avaient l’électricité et encore avant

c’était au gaz avec tous ces emplois

d’allumeurs de réverbères irrévocablement

éteint par le progrès, et encore avant les lampes à huile

et les bougies.

Nous voilà aujourd’hui invité à suivre le rythme du soleil

seule source lumineuse vraiment invariable

depuis la nuit des temps, toujours là,

même quand on ne le voit pas,

toujours à l’heure à la seconde près, qui nous éclaire

et nous chauffe à la campagne comme à la vile

sans distinction.

Quelle belle opportunité de se retrouver avec soi

avec les siens, de prendre du temps

pour se connaitre et les connaitre.

Du temps pour soi, plus besoin de :

Non, pas maintenant,

plus tard

à tout de suite,

à très vite.

Maintenant, c’est maintenant.

Ce maintenant ne nous convient pas non plus ?

Décidément jamais content,

toujours désireux de qu’il n’a pas.

Comment lui apprendre à désirer ce que l’il a déjà ?

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Si, lors de mes 20, 30, 40 ou 50 ans une voyante m’avait prédit que j'exposerai des photos dans une poissonnerie à l'approche de mes 60 ans, je ne l’aurais pas cru ! Si elle m'avait prédit que j’éprou

Etre en apesanteur. Ne plus avoir, seulement être. Etre débarrasser de l’indispensable et du nécessaire. Vivre dans le non nécessaire et le non indispensable. Etre aspirer par un grand tout plus grand

La liberté, ça’ n’existe pas, c’est une idée. Les libertés, ça se vit, ça s’expérimente. E=MC2 n’existe pas, c’est un concept on ne l’éprouve pas. Les larmes sur mon visage, elles existent. Comme ma p