• Arthur Baudon Vernet

Le sacre du sacré


Déraciné, arraché, puis exfiltré pour être

projeté du monde réel, (dans un deuxième ou second ?),

épisode de la série un avec ses acteurs,

parfois bon, mais aux personnages communs,

immergés dans un histoire banale élaborée

par un scénario à l’ossature fragilisée par les défauts

inhérents à son intention de départ.

Une histoire aux ressorts finalement mécanique,

seulement tendue par un suspens plus ou moins

bien rythmé entre deux épisodes.

Des élections incertaines au pays des indiens,

des coupeurs de têtes barbus exécutant presque au hasard

au coin de la rue, des faillites, mais peu de suicide encore,

quelques dictateurs couvant sous des braises habilement

repartis sur la planète.

Bref, du quotidien.

On n’y apprend rien, on tue le temps comme on dit.

Mais le temps est la seule chose que l’on ne peut pas tuer,

il n’a pas de début, ni de fin.

Le temps n’a pas de durée.

La vie oui, on n’en a qu’une, qui que l’on soit.

On peut la bruler sans s’en rendre compte,

on peut vouloir la conserver

le plus longtemps possible en étant économe.

Chacun fait comme il veut, surtout comme il peut.

Dans tous les cas, une vie n’en est que plus

précieuse par sa finitude.

Elle n’est pas rare, elle est unique,

d’où vient le sacre de son sacré.

Cela signifie que certain au nom de la vie elle-même

peuvent se sacrifier.

Cela signifie aussi qu’on ne peut pas lui

manquer de respect,

le sacrilège ne doit pas l’atteindre puisqu’elle est sacrée.

10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Apporter une solution à un problème complexe avec une grande certitude de réussite est une équation impossible. Tout contrôler, tout maitriser. Hubris de l’homme ! Aujourd’hui avec le principe de préc

Apporter une ou des solutions à un ou des problèmes complexes avec une grande certitude de réussite est une équation impossible. Tout contrôler, tout maitriser. Hubris de l’homme ! Aujourd’hui avec l

Quand une peau est malade, on peut être soulagé et content de trouver une crème pour la soigner. Quand ses problèmes sont récurrents, on a beau rajouter de la crème, plus on en rajoute, plus il en fau