top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le sel de l’humanité.

L’eau des larmes s’évapore vite.

Ce liquide chaud sur la peau de notre visage

s’écoule à flots ou avec parcimonie.

En fonction de la joie, du désespoir, de la tristesse,

du bonheur éprouvé.

Parfois une seule goutte invisible,

à peine née va se refroidir rapidement,

sécher et disparaitre.

Trahissant son existence

par le dépôt de sel craquelant notre peau.

Toujours cette mystérieuse capacité

de l’homme à transformer un rien en quelque chose.







10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le poète qui se prenait pour un astronaute

L’astronaute est en mission pour changer des boulons sur un satellite défectueux. Il va s’entrainer des années après avoir été sélectionné parmi 1 000, 10 000 autres ? Avoir travaillé avec une équipe

L’absence de poids

Etre en apesanteur. Ne plus avoir, seulement être. Etre débarrasser de l’indispensable et du nécessaire. Vivre dans le non nécessaire et le non indispensable. Etre aspirer par un grand tout plus grand

Le réveil du fossile.

On voit les souvenirs avec ses yeux d’aujourd’hui, pas ceux d’hier. Il y a un problème temporel. Si c’était un souvenir, on devrait être capable de le voir avec nos yeux de l’époque, mais cette vison

Commenti


bottom of page