• Arthur Baudon Vernet

Le vautour, quel poète !

Le vol du vautour écrit dans le ciel

des horreurs que seules les belettes

et autres rongeurs savent lire.

Ainsi terrorisés, ils se terrent

ou se déplacent furtivement habités par la peur.

Cet effroi modifie leur odeur.

Leur nouveau parfum va attirer leur prédateur.

Une fois mort et en partie dévoré,

le vautour va enfin pouvoir jouer son rôle de charognard,

se nourrir de la mort des autres.

Ses écrits dans le ciel auront accéléré le processus,

il avait faim.

Attention aux écrits,

ils engagent peut-être ceux qui les commettent

mais peuvent aussi transformer ceux qui les lisent.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos