top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Le vautour, quel poète !

Le vol du vautour

écrit dans le ciel des horreurs

que seules les belettes

et autres rongeurs savent lire.

Ainsi terrorisés, ils se déplacent

furtivement habités par la peur

pour se terrer dans un abris.

Mais, leur effroi a modifié leur odeur.

Leur nouveau parfum va attirer leur prédateur.

Une fois mort et en partie dévoré,

le vautour va enfin pouvoir

jouer son rôle de charognard,

se nourrir de la mort des autres.

Ses écrits dans le ciel

auront accéléré le processus, il avait faim.

Attention aux écrits, ils engagent

peut-être ceux qui les commettent

mais peuvent aussi transformer ceux qui les lisent.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Pas à pas

L’improvisation diminue au fur et à mesure qu’augmente notre apprentissage du monde et de nous-même. Mieux vaut savoir ce que l’on fait, un chirurgien qui travaille au centimètre près s’est trompé de

Platon enchainé à un smartphone.

La société nous vante la nécessité d’acheter des produits et des services pour rendre notre vie meilleure, pourtant plus on les consomme plus on alimente une machine à frustration qui nous précipite d

Un vent de liberté.

Donner, donner, tout donner sans compter, sans se soucier d’un éventuel retour, sans envisager, sans espérer un gain. Crier sa joie jusqu’à taire cette petite voix qui peut surgir à tout moment comme

bottom of page