• Arthur Baudon Vernet

Le voyage aux deux visages.

Dernière mise à jour : 13 avr.

Voyager dans l’inconfort du doute,

c’est découvrir un ciel bleu

rempli de nuages blancs

en forme de points d’interrogations,

quelques-uns arrimés au sol

par de rare points épars en guise d’ancre.


Se laisser envelopper par le confort des certitudes,

c’est se sentir bien à l’abri derrière

l'obscurité d'une forêt

de points d’exclamation

qui masquent un champ de points,

tous noirs et bien alignés.


A quoi tient-il que certains

préfèrent le fil de l’équilibriste,

quand d’autres chaussent des patins moelleux

pour être sûr de ne pas abimer le parquet ?

Toujours habités par la peur de la rayure

et l'angoisse de la latte qui s'éffondre.

Il suffit aux premiers de regarder loin devant

et d'être attentif à chaque instant ,




10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos