• Arthur Baudon Vernet

Merci Maitre Henri Bergson !

Dernière mise à jour : 5 juin 2020

Entropie, c’est qui se défait dans la durée par l’usure, le chaos.

Ce qui se fait, c’est l’élan de vie.

Quel beau couple !

Les deux font des boucles ensemble comme des valseurs qui décrivent

des arabesques avec leur trajectoire dont eux seuls connaissent celle qui va suivre.

Et encore, c’est en faisant qu’ils font, ils n’ont pas décider à l’avance.

C’est dans leur élan qu’ils décrivent des boucles en duo l’un avec l’autre.

L’un guide l’autre, qui s’abandonne.

Est-ce l’élan de vie qui s’abandonne dans ce qui se défait ?

Ou ce qui se défait qui tombe dans les bras de l’élan de vie ?

En tout cas cette confiance de l’un pour l’autre fait qu’ensemble

ils créent un élan de vie nouveau. Ils se nourrissent mutuellement, c’est sûr.

Et ainsi font quelque chose qui est plus grand qu’eux deux.

La matière de H.Bergson a disparu depuis presque 100 ans et pourtant comment douter que son esprit

ne soit pas parmi nous ? Il contribue au moins là, maintenant à me faire écrire ces lignes, qui valent ce qu’elles valent

mais qui sont le fruit de la rencontre de son esprit et du mien pour créer une autre pensée que la sienne et que la mienne.

D’assurément plus grand que l’un et l’autre isolé.

Puisque l’un n’existe plus et ne peut plus rien produire de nouveau, et l’autre n’aurait pas écrit sans lui.

Cet état n’illustre-t-il pas la fait que l’un et l’autre faisons partie d’un tout dont le temps et la matière sont affranchis ? L’esprit, l’âme ?



3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’astronaute est en mission pour changer des boulons sur un satellite défectueux. Il va s’entrainer des années après avoir été sélectionné parmi 1 000, 10 000 autres ? Avoir travaillé avec une équipe

Etre en apesanteur. Ne plus avoir, seulement être. Etre débarrasser de l’indispensable et du nécessaire. Vivre dans le non nécessaire et le non indispensable. Etre aspirer par un grand tout plus grand

On voit les souvenirs avec ses yeux d’aujourd’hui, pas ceux d’hier. Il y a un problème temporel. Si c’était un souvenir, on devrait être capable de le voir avec nos yeux de l’époque, mais cette vison