top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses

tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même.

L’évolution, la métamorphose, la transformation

ne peut advenir qu’après

une interrogation personnelle et intime.

Ce questionnement est un pas indispensable

pour avancer vers la conscience.

Etre conscient de soi pour s’ouvrir au monde,

c’est-à-dire à la nature et aux autres.

Cette ouverture se traduit par une capacité augmentée

à se nourrir de tout ce qui nous entoure,

à mobiliser son attention.

Aussitôt, une présence intense à la vie vivante s’installe

et l’état qui en découle est de ne rien attendre,

de faire de son mieux

sans se soucier du succès ou de l’échec.

C’est paradoxal, on ne peut pas viser « ne rien attendre ».

Pourtant quand cet état vous enveloppe,

quand quotidiennement,

en faisant à chaque instant naturellement

de son mieux sans rien attendre en retour,

c’est une caresse, la caresse de l’aile des anges,

le son de la liberté qui chante.

S’il n’advient rien, c’est tout à fait satisfaisant.

S’il y a un surgissement , c’est en cadeau.

Cet état est-il un biais cognitif, une tromperie de l’esprit ?

Un seul indicateur : la joie, pas le plaisir,

celui-ci je peux le décider, le prévoir.

Je ne peux pas faire advenir la joie, 

c’est elle qui choisit quand elle veut se montrer.

Le chemin emprunté est toujours le bon

quand c’est elle qui l’éclaire.

"Ne rien attendre".

 

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L'un, puis l'autre.

La valeur de l’héritage est un leurre social. La transmission importe plus, il ne s’agit pas de transmettre des terres, des pierres, des entreprises, de l’argent, ni même des valeurs morales, mais de

La Pentecôte.

Ils se mirent à parler toutes les langues… À s’exprimer suivant le don de l’esprit… Chacun parle sa langue et l’autre le comprend immédiatement, voire intrinsèquement, une communication totale. Cette

Le déménagement

Un déménagement précède un emménagement. C’est comme le décollage et l’atterrissage, la gare de départ et celle d’arrivée. Entre les deux, un mouvement spatio-temporel qui nous égare. Nos émotions, no

Comments


bottom of page