top of page
  • Arthur Baudon Vernet

Oiseau.

Un vol de nuit, parfois de jour.

Je prends de l’altitude

puis redescends en planant

vers les lumières de la ville

j’entends le bruit de mes plumes

au bout de mes ailes

celui des voiles des bateaux.

J’entend les voix des sirènes

qui m’accompagnent,

le cœur des sirènes des airs

je prends les courants ascendants

qui m’emporte bien plus haut que je ne pensais aller.

Trop haut.

J’embrasse d’un coup d’œil

un arc de Terre tout entier.

Je redescends en planant sans effort

écoutant le son des plumes du bout de mes ailes

accompagné par mes sirènes des airs

leurs queues,

couleurs oiseaux de paradis

j’aperçois les villes qui scintillent dans la nuit


7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Il y a une urgence et un impératif à vivre, qui entrainent parfois une confusion entre exister et vivre. Pour exister nous devons satisfaire nos besoins quotidiens de boissons, nourritures, sommeil,

Au début, la certitude peu intéressée à l'idée d' écouter le doute préféra se livrer à lui. Très sure d’elle, elle se raconta au doute, lui toujours intéressé par un autre point de vue, posa moultes

Un modèle, la certitude est un modèle clos. Elle empêche de voir au-delà et à coté, comme dans un train sur des rails, même si le paysage parait parfois joli, la destination est garantie à la minute p

bottom of page