top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

Oiseau.

Un vol de nuit, parfois de jour.

Je prends de l’altitude

puis redescends en planant

vers les lumières de la ville

j’entends le bruit de mes plumes

au bout de mes ailes

celui des voiles des bateaux.

J’entend les voix des sirènes

qui m’accompagnent,

le cœur des sirènes des airs

je prends les courants ascendants

qui m’emporte bien plus haut que je ne pensais aller.

Trop haut.

J’embrasse d’un coup d’œil

un arc de Terre tout entier.

Je redescends en planant sans effort

écoutant le son des plumes du bout de mes ailes

accompagné par mes sirènes des airs

leurs queues,

couleurs oiseaux de paradis

j’aperçois les villes qui scintillent dans la nuit


7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Les sous-entendus liés à la complicité de l’amour ou de l’amitié naissant engendrent ces phrases que l‘un commence et l’autre fini. Avec le temps, la connivence originelle s’embrume, la curiosité mutu

Pour ressentir la beauté les yeux fermés il faut lui avoir prêté suffisamment attention les yeux ouverts. On peut aussi ressentir la beauté sans beauté, par l’amour qui rend beau la personne aimée.

Notre vie est un court métrage persuadés qu’il s’agit d’un long. Prendre son temps peut être considéré comme le perdre, alors qu’il s’agit d’une juste perception de la réalité, prendre son temps, c’e

bottom of page