• Arthur Baudon Vernet

Oiseau.

Un vol de nuit, parfois de jour.

Je prends de l’altitude

puis redescends en planant

vers les lumières de la ville

j’entends le bruit de mes plumes

au bout de mes ailes

celui des voiles des bateaux.

J’entend les voix des sirènes

qui m’accompagnent,

le cœur des sirènes des airs

je prends les courants ascendants

qui m’emporte bien plus haut que je ne pensais aller.

Trop haut.

J’embrasse d’un coup d’œil

un arc de Terre tout entier.

Je redescends en planant sans effort

écoutant le son des plumes du bout de mes ailes

accompagné par mes sirènes des airs

leurs queues,

couleurs oiseaux de paradis

j’aperçois les villes qui scintillent dans la nuit


7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L’écriture rend intense les 24 heures que nous avons tous, riches, pauvres, malades, en bonne santé, vieux, jeunes, hommes, femmes, nous disposons tous de 24 h par jour. L’écriture permet de vivre pl

On anticipe toujours en excès positif ou négatif un avenir qui n’adviendra finalement jamais comme on l’avait imaginé, si c’est le cas, c’est probablement qu’on on déjà mort.

Tant que tu ne le sauras pas toi-même, ce sont les autres qui le diront à ta place.