• Arthur Baudon Vernet

On n'est pas des bêtes.

Dernière mise à jour : 4 mai 2021

L’empathie, c’est admettre et accepter

que l’on ne peut pas ressentir

ce que l’autre ressent

dans sa souffrance ou sa joie.

C’est ouvrir une fissure en soi

pour permettre à l’autre d’apercevoir

qu’on est prêt à le recevoir.

Il va alors s’ouvrir à nous.

Deux humanités vont se rencontrer.

C’est-à-dire deux faiblesses,

deux médiocrités qui vont se faire face

sans aucun je, ni jeux.

Cet échange rend compte de la différence

extravagante entre l’homme

et toute autre forme de vie.


14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment croire qu’un nouveau né porte en lui un quelconque péché, à peine son premier souffle exprimé? Ce que l’on sait, c’est qu’a peine nait, il mourra un jour. La vie contient la mort. La graine tr

La réalité existe . Sans moi, elle demeurera. Cependant mon regard porté sur elle varie en fonction de mon état intérieur. Joyeux, je vais voir le monde coloré. Triste, je le vois gris. Stressé, je le

Un décalage entre ses yeux souriants où l’on voit ses larmes prêtent à jaillir d’émotions et sa voix qui semble hésiter avant de produire le son du mot qu’il a finalement trouvé, pour tenir des propos