• Arthur Baudon Vernet

Plasticité cérébrale

Dernière mise à jour : 5 juin 2020

Il a travaillé beaucoup, dormi peu, il a su être là quand il fallait avec qui il fallait, et l’idée qu’il fallait.

Il a tout fait pour.

Après le premier million tout est beaucoup plus facile, le deuxième arrive presque tout seul

et pour les suivants c’est encore plus fluide.

Comment dire non ? Tout le monde vous répond : oui.

On vous sollicite pour savoir comment vos affaires ont aussi bien fonctionné

et quand vous expliquez on vous fait un chèque pour vous remercier.

Comment ne pas aller plus loin encore ? Pourquoi non ?

Quand vous partez skier, on vous propose d’y investir et au final vos vacances

aussi vont vous rapporter de l’argent.

Une pulsion irrésistible vous pousse a explorer vos racines européennes en décidant

d’acquérir une maison sur une île grecque ?

Même là on vous propose d’y faire des affaires.

Impossible de dire non, quoique vous fassiez vous gagnez encore plus.

Ça devient un réflexe, une habitude puis un système.

Le point de non retour est atteint exactement comme quand le sportif ne peut plus

s’empêcher de faire son exercice quotidien. Son besoin d’adrénaline et de dopamine

est devenu une addiction.

Les circuits neuronaux sont dorénavant pré établis, les circuits alternatifs

ont disparu depuis longtemps, plus de chemins de traverse.

Il n’y a que le béton des autoroutes qui vont du point « argent « aux points « argents »

Le reste n’existe plus.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Si, lors de mes 20, 30, 40 ou 50 ans une voyante m’avait prédit que j'exposerai des photos dans une poissonnerie à l'approche de mes 60 ans, je ne l’aurais pas cru ! Si elle m'avait prédit que j’éprou

L’astronaute est en mission pour changer des boulons sur un satellite défectueux. Il va s’entrainer des années après avoir été sélectionné parmi 1 000, 10 000 autres ? Avoir travaillé avec une équipe

Etre en apesanteur. Ne plus avoir, seulement être. Etre débarrasser de l’indispensable et du nécessaire. Vivre dans le non nécessaire et le non indispensable. Etre aspirer par un grand tout plus grand