top of page
  • Photo du rédacteurArthur Baudon Vernet

La loupe du doute.

Le doute fécondé par l'interprétation

fait advenir le possible dans le réel.

La certitude, c’est comme des œillères

qui nous empêchent de voir le paysage.

L’allusion, un pas dansant dans le pré rougit

par les coquelicots qui fait tomber

à la renverse le trop clair.

L’explicite contrôle nos idées,

aucun pas de côté possible,

un empêcheur de penser puisque

tout est dit entre quatre murs.

Un trait d’esprit, un truc électrique

qui se transforme en rire.

Quand le formel contrôle,

le faire domine, alors l’être prend l’air.

L’inattendu si l’on est vraiment

disposé à le rencontrer bouscule

notre pré carré pour lui trouver des ronds.

Ah, quand le sous-entendu surgit,

les papilles de notre cerveau s’excitent.

Une métaphore nous transporte

dans un univers inconnu

et nous fait revoir le nôtre

comme après avoir ouvert les fenêtres: rafraichi.

L’allégorie, la longue vue que proposent nos sens

à une idée pour la rendre visible à notre esprit.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Ne rien attendre.

On ne peut pas être conscient des choses tant qu’on ne les a pas interrogés soi-même. L’évolution, la métamorphose, la transformation ne peut advenir qu’après une interrogation personnelle et intime.

La cause et l’effet

On analyse le succès comme on regarde la construction rationnelle d’un mur. Comme si chaque brique avait été posé avec une précision calculée pour dévoiler la beauté du mur achevé. Ou bien dans le cas

Le temps qui passe

Densifier l’éphémère ne signifie pas le remplir d’agitation jusqu’à ne plus pouvoir respirer, mais plutôt intensifier l’attention qu’on lui porte sans vouloir en prendre quelque chose, sans redouter s

Comments


bottom of page